Comment maximiser vos opportunitées

Développement d'entreprise
Photo Comment maximiser vos opportunitées

Dans cette série, Nina Zipkin, rédactrice en chef d'Entrepreneur.com partage ses conversations avec des leaders au sujet de la compréhension de vos atouts, de comment gérer les obstacles qui se mettent sur votre chemin, de l'identification d'opportunités et comment en créer pour vous et pour les autres.

Alimentée par un burn-out, Cathryn Lavery a lancé un petit business avec moins de 500 $ et en deux ans, elle a vendu plus de 600 000 $ de produits. Maintenant, elle aide les gens à atteindre leurs objectifs.

En 2011, Lavery a quitté son Irlande natale pour poursuivre une carrière en architecture aux États-Unis après six ans d'études universitaires. Même si elle était passionnée par l'industrie, elle s'est vite sentie épuisée par de longues heures de travail et un salaire qui ne reflétait pas ce dont elle était capable.

Pour canaliser sa créativité vers quelque chose de plus gratifiant, elle démarre en 2012 une entreprise de design appelée Calm the Ham. L'année suivante, elle décide de quitter l'architecture pour se consacrer entièrement à son entreprise.

En 2015, alors qu'elle exploitait encore Calm the Ham, Lavery a lancé une autre entreprise, BestSelf Co. pour aider d'autres entrepreneurs à trouver leur voie. L'entreprise, qui a été lancée sur Kickstarter et a amassé plus de 322 000 $, fabrique des produits incluant des calendriers et des journaux et offre des cours qui, espère-t-elle, permettront à ses clients d'aiguiser leur créativité et de transformer leurs idées en réalité.

Lavery nous a fait part de son avis sur l'importance d'une amélioration lente et constante au fil du temps et sur ce dont vous devez vous souvenir lorsque vous passez aux négociations.  


Pouvez-vous me parler d'une fois où vous avez eu besoin de créer une opportunité pour vous-même ou pour quelqu'un d'autre ?

Quand j'ai quitté l'Irlande pour la première fois, j'avais déjà un emploi à mon arrivée pour une agence d'architecture. Une semaine avant que je commence, ils m'ont dit qu'ils n'avaient pas assez de travail pour moi. Alors, ils allaient reporter ma date de début de six semaines. Mais bien sûr, quand j'ai emménagé ici, je m'attendais à être payé après deux semaines. J'ai dû trouver comment me faire de l'argent avant de commencer à travailler. J'ai donc commencé à utiliser mes compétences en design, logos et sites web, tout et n'importe quoi pour être payée.


Quel était l'enjeu pour vous ? Cette expérience vous a-t-elle changée ?

J'étais têtue. Je ne voulais pas appeler mes parents et leur dire : "Oh, ce truc pour lequel je t'ai dit venir ici n'a pas marché." Je ne leur ai même pas dit, en fait, jusqu'à bien plus tard. Je venais d'apprendre qu'il faut compter sur soi-même et créer ses propres opportunités. En ce qui concerne le travail, beaucoup de gens pensent qu'obtenir un emploi traditionnel est une méthode sure, mais vous pouvez être congédié ou viré, à tout moment. Alors que si vous démarrez une entreprise et que vous avez votre propre clientèle, il n'y a pas de raison d'échouer.


Quels sont les atouts ou stratégies personnelles sur lesquels vous vous basez pour créer des occasions pour vous-même et pour les autres ?   

Je veux toujours apprendre et m'améliorer. Quand on est à l'école, on nous dit qu'on devrait apprendre, et puis on finit la fac et il n'y a plus personne pour nous le rappeler. Souvent, j'ai l'impression que les gens ne savent pas vraiment qu'ils aiment apprendre parce que personne ne les force à le faire. Mais je pense que si vous apprenez et essayez constamment d'améliorer vos compétences, cela vous procurera un nombre de possibilités différentes qui n'auraient peut-être pas été possibles auparavant.

Mon expérience en design et mon apprentissage de l'entrepreneuriat et du business m'ont beaucoup aidé. Je ne suis pas allée à une école de commerce, je n'ai pas eu de MBA. Je n'avais jamais eu de cours de commerce avant de créer mon entreprise. J'ai appris beaucoup de choses et j'ai lu une tonne de livres. Le simple fait d'être ouvert à apprendre tous les jours et d'essayer de vous améliorer vous aidera à aller plus loin.

C'est cette amélioration marginale de 1%. Si vous vous améliorez de 1 % par jour, vous serez trois fois meilleur en un an. On veut toujours les choses simples et rapides, mais les choses réellement utiles sont celles qui prennent du temps.

Lorsque vous êtes en difficulté, que faites-vous pour aller de l'avant ?

J'essaie de prendre du temps pour réfléchir. Avant, j'essayais juste de forcer les choses, mais je crois que ça ne marche pas vraiment. Maintenant, je m'arrête, réfléchis à ce qui s'est réellement passé et vois s'il y a un moyen de contourner ou résoudre le problème. Faire du sport, ça m'aide. Quand je fais du sport, je réfléchis mieux. Faire une pause et faire quelque chose de physique qui bouge votre corps, même tout simplement aller se promener, est une chose vraiment sous-estimée que vous pouvez faire pour vous aider à avancer.

Les gens qui veulent défendre leurs intérêts ne savent pas toujours comment faire. Que peuvent-ils faire pour se faire entendre ? Quelles mesures prenez-vous ?

Si vous pouvez défendre vos intérêts tout en expliquant à l'autre ce qu'il y a de bon pour lui ou elle, c'est très efficace. Par exemple, j'ai recueilli de l'argent sur Kickstarter et ce n'est pas parce que les gens veulent me soutenir. C'est vraiment leur vendre l'idée. Qu'est-ce que le produit va faire pour eux ? Je pense donc qu'il s'agit de découvrir ce que veut l'autre personne et ensuite de vous défendre en lui disant pourquoi cela va bien fonctionner pour elle.


Y a-t-il une façon contre-intuitive ou surprenante avec laquelle vous vous êtes créée une opportunité ?

Je suis une personne plutôt introvertie. J'aime communiquer avec les gens, mais j'ai besoin d'être seule de temps à autres. En fait, j'aime rencontrer des gens, mais en les aidant avec quelque chose. Nous avons eu une énorme opportunité pour notre Kickstarter, parce que j'ai commencé une relation avec une personne par e-mail (lorsque je l'ai aidée avec un problème de conception). Puis on a fini par discuter. Des choses du genre. Donc, c'est vraiment aider les gens sans rien leur demander en retour. 


Aviez-vous un point faible sur le sujet que vous avez essayé de changer ?

Je n'aimais pas l'idée d'être manager parce que je trouvais ça si ennuyeux. Notre équipe est passée de moi-même et mon co-fondateur à 16 personnes. Maintenant, je sais qu'être un bon leader, c'est se demander comment motiver chacun à sa façon. Chaque fois qu'on embauche quelqu'un, on trouve son mode de fonctionnement. Si à un moment, ils font du bon travail, comment puis-je les motiver, les inspirer et leur être reconnaissante d'une manière qu'ils apprécieront vraiment ? C'est pourquoi je considère maintenant qu'il s'agit davantage d'une méthode unique au sein de l'équipe plutôt que de quelque chose de général, comme je le pensais auparavant.